Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mercredi 11 février 2009

LOI DE LA DÉFENSE PERMANENTE DE LA DÉMOCRATIE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]



La Loi Nº 8.987, dénommée Loi de la Défense Permanente de la Démocratie fut une loi liberticide chilienne publiée dans le Journal Officiel du 3 septembre 1948, connue aussi comme la «Loi Maudite». Cette loi avait pour but de proscrire la participation politique du Parti communiste du Chili (PCCh) en le déclarant illégal.

Cette loi a permis l'annulation de l'inscription du Parti progressiste national, nom que le PCCh utilisait lors des élections, ainsi que l'annulation du PCCh.

En même temps, les militants et les personnes soupçonnés de participer à cette organisation furent effacés du registre électoral. C’est-à-dire que les dirigeants, les conseillers municipaux, les maires, les députés et les sénateurs élus furent interdits et suspendus de leurs fonctions.

Des sanctions similaires étaient appliquées dans l'administration publique, dans les municipalités et l'enseignement primaire, secondaire et universitaire à travers la désignation et l'engagement des employés. De plus, toute organisation, propagande ou association similaire était interdite.



[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CARICATURE POLITIQUE DE RENÉ RÍOS BOETTIGER DIT «PEPO»
POUR LA REVUE DE SATIRE POLITIQUE CHILIENNE « TOPAZE», 1947

CHILI, DÉCLARATION DE L'ÉTAT D'EXCEPTION «LE PETIT CHAPERON ROUGE : LES "FACULTÉS EXTRAORDINAIRES" POUR FRAPPER LE PARTI COMMUNISTE, 1947» 
« ... ET LE PETIT CHAPERON ROUGE [GABRIEL GONZÁLEZ VIDELA], PAS AUTANT, AVEC UN TERRIBLE GOURDIN [FACULTÉS EXTRAORDINAIRES], BRISE LE COU DU GRAND MÉCHANT LOUP [PARTI COMMUNISTE] QUI VOULAIT LA DÉVORER...»
Des centaines de personnes furent arrêtées en vertu de cette loi, et envoyées en prison.

La loi sanctionnait toutes les réunions ou manifestations qui étaient susceptibles d’interrompre le développement normal des activités productives (limitation du droit de grève).

Les militants communistes furent persécutés, chassés des postes publiques et relégués à des zones lointaines. Le premier camp de concentration de l’histoire du Chili fut créé à Pisagua, ville du nord du pays où furent enfermés les communistes.

Cette Loi a été abrogée par la Loi Nº12.927, sur la Sûreté de l'État, du 6 août 1958.

Aucun commentaire: