Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

mercredi 19 février 2014

UN BIOPIC SUR PABLO NERUDA

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]  

«LE TRAÎTRE» GONZALEZ VIDELA, DANSE LORS 
D'UN DÎNER À WASHINGTON, DC,  AVRIL  1950

Tout débute en l’année 1942. Le Chili est en proie à des déstabilisations d’ordre politique, dues notamment à deux décès présidentiels consécutifs. Le radical de gauche Pedro Aguirre Cerda meurt et le radical de droite Juan Antonio Rios, lui succède avant de décéder à son tour. En 1946 donc, de nouvelles élections présidentielles sont organisées. Parmi les candidats, un certain Gonzalez Videla [Surnommé le danseur de conga par Neruda, NDR] dont Pablo Neruda fut le directeur de campagne. Le président Gonzalez Videla, présenté initialement comme un radical, avait fait sa campagne sur une alliance avec les communistes et confia même trois ministères - l’agriculture, le travail et « les terres et colonisation » – à des personnalités politiques d’extrême gauche. 


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
«DISCOURS PRONONCÉ PAR LE POÈTE ET
SÉNATEUR PABLO NERUDA DANS LE SÉNAT
DE  LA  RÉPUBLIQUE LE 6 JANVIER 1948 »
Cependant, suite aux pressions exercées par le gouvernement américain – le Chili adhère au traité inter-américain d’assistance réciproque (1947) – et corrélativement aux très bons résultats du parti communiste aux élections municipales, le président Videla révoqua ses ministres communistes, fondant dorénavant son gouvernement sur une alliance libérale et conservatrice. En réaction, les élus communistes et leur électorat manifestèrent leur opposition par plusieurs mobilisations populaires, allant jusqu’à la grève, comme celle décidée par les mineurs chiliens et pour laquelle Neruda se fit le porte-parole. La situation politique devient encore plus tendue lorsque le gouvernement Videla décide de promulguer une «loi de défense de la démocratie» qui met le Parti communiste hors-la-loi à partir de 1948. 
[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]













C’est lors de cette même année que Pablo Neruda réalisa son dernier acte politique : le 6 janvier 1948 - alors qu’il est encore sénateur – il prononçait devant ses confrères un discours qui reprenait le célèbre « J’accuse » de Zola. Un peu moins d’un mois après, le 3 février, la Cour Suprême chilienne le radiait du Sénat et seulement deux jours plus tard, un tribunal ordonnait sa détention, obligeant le poète à un pénible passage à la clandestinité auquel succéda un exil forcé vers l’Europe (1948). 


                 [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

FILM IL POSTINO
MASSIMO TROISI, PHILIPPE NOIRET
C’est d’ailleurs dans ce contexte que Philippe Noiret incarna le rôle de Pablo Neruda dans le film Il Postino de Michael Radford (1994). Dans une Italie des années 1950, on y voit un Neruda désabusé qui trouve un dernier espoir dans l’apprentissage de la poésie à un postier illettré.

Aucun commentaire: